Sarah AVETTAND, de fil en aiguille

 

Souvent imités, jamais égalés. Sur les pistes et en-dehors, les bonnets Myne sont à la fois reconnaissables entre mille et absolument uniques. Sarah les confectionne à la main en utilisant les techniques du crochet et du tricot, transmises par sa maman et sa grand-mère lorsqu’elle était enfant. Depuis, la jeune femme au tempérament de feu et au sourire irrésistible, a su faire des choix sans concession. La tête dans les étoiles et les pieds bien ancrés sur le sol de Manigod où elle a grandi. Aujourd’hui, elle imagine et vend ses créations dans une petite boutique blottie au cœur du village.

 

Parlez-nous de vous…

Je suis née à Evian. Mes parents m’ont adoptée à l’âge de 3 mois et ramenée avec eux à Manigod. Enfant, je pratiquais beaucoup de sport : la gymnastique, le karaté et le ski bien sûr. Première fois sur les planches à 18 mois, débuts en club à 6 ans : une véritable passion !

 

Vous avez rapidement atteint le haut niveau : championne de France minimes, groupe District, Mont Blanc Espoirs…

J’ai rejoint l’Equipe de France Espoirs à 14 ans, avec des filles de 18 à 22 ans. C’était compliqué. La différence d’âge, l’intégration à un groupe, les relations avec les entraineurs… Je ne me sentais pas à ma place, ni suffisamment armée pour affronter toute cette pression. J’ai fini par abandonner la compétition en cadette.

 

Et ensuite ?

Jusque-là, je ne me posais pas trop de questions sur mon avenir. Je voulais juste skier ! Du coup, je me suis sentie un peu perdue. Il fallait que je change de voie. Comme j’étais attirée par l’architecture d’intérieur, j’ai suivi une formation d’arts appliqués et découvert le stylisme, tout en donnant des cours de ski pour financer mes études.

 

Vous avez même repris la compétition, mais dans d’autres disciplines.

Oui, je voulais plus de fun. J’ai commencé le Skicross et le Freestyle pour retrouver le plaisir de la glisse, mais aussi pour me rapprocher des marques de vêtements de sport. J’ai été recrutée par le team Roxy qui cherchait des ambassadrices pour lancer ses skis. J’ai voyagé au Japon et en Europe, participé à des compétitions… Avant de me blesser au genou en 2009. Rupture du ligament croisé. Après une rééducation douloureuse et deux opérations, j’ai dû arrêter définitivement.

 

Une épreuve transformée en opportunité en 2010…

Je faisais des bonnets depuis longtemps. Pour moi, pour mes amis, pour les amis de mes amis ! Je me suis donc lancée à 22 ans en créant Myne, même si ce n’était pas évident de monter une société si jeune. J’ai eu la chance d’être énormément soutenue par ma famille et par Philippe Gallay, le fondateur de TSL et ami de mes parents. Il a été un mécène, un associé, un vrai papa d’entreprenariat.

 

Sarah passe environ 1,5 heure pour la confection d’un bonnet. Il faut ensuite ajouter les finitions, qui elles peuvent prendre bien plus longtemps !

 

Comment la marque s’est-elle fait connaître ?

Grâce au bouche à oreille, aux salons et aux réseaux sociaux. La championne Tessa Worley a notamment découvert mes créations sur Internet. J’ai d’ailleurs baptisé « Tessa » le modèle qu’elle avait choisi à l’époque – un bonnet bicolore mauve et prune avec un ruban. Comme elle le portait lors des apparitions après ses victoires, cela a été un gros coup de projecteur pour la marque.

 

Vos bonnets rencontrent un succès grandissant : pouvez-vous décrire vos créations ?

Je conçois mes bonnets comme des accessoires de mode. Ils sont tous faits-main et confectionnés de façon artisanale dans mon atelier de Manigod, avec des matériaux de qualité qui durent dans le temps. Je travaille avec des fournisseurs Français triés sur le volet pour fabriquer de nombreux produits : du très haut de gamme qui demandent plusieurs heures de travail, avec des articles en cachemire ou en soie ornés de strass Swarovski, de la dentelle, des perles… Mais aussi des créations plus simples en acrylique pour tous les budgets. Chaque pi-ce est unique.

 

Sarah confectionne uniquement des pièces uniques – pas de risque de voir une autre personne porter le même bonnet que vous !

 

Unique et souvent sur-mesure.

Le nom Myne signifie « le mien ». J’aime l’idée de produire des pièces uniques, de ne jamais faire deux fois la même chose. Beaucoup de clientes viennent me voir à la boutique ou sur des salons pour des commandes personnalisées. Elles m’expliquent comment elles imaginent leur bonnet, quelles matières et finitions elles aiment… C’est génial car c’est une vraie source d’inspiration. J’adore improviser : le sur-mesure permet de réaliser des bonnets que je n’aurais sans doute pas eu l’idée de faire seule.

 

 

Des bonnets… mais pas que !

Je conçois également des bijoux, des bracelets, des headbands, parfois des écharpes, des capuches voire des plaids. Dessiner, peindre, faire des bijoux : la création fait partie de ma vie.

 

Myne a réalisé un superbe plaid pour la Grange d’Emnitan, près de Genève.

 

Vos conseils et coups de cœur dans les Aravis

 

Où peut-on se procurer vos articles et vous rencontrer ?

Sur les salons ou dans la boutique Myne de Manigod, que je partage avec une autre créatrice. Mais je ne suis pas toujours dans la région. Avec mon amoureux, nous avons acheté une maison en Guadeloupe à Marie Galante,  où nous passons 6 mois de l’année avec notre fils.

 

Les meilleurs secteurs pour le ski alpin ?

Le secteur de Balme à La Clusaz pour les bons skieurs, et les pistes de Manigod pour débuter.

 

Le plus beau panorama ?

Le profil de La Tournette depuis Manigod.

 

Une belle randonnée en été ?

Il y en a plusieurs : à Manigod, j’aime beaucoup aller au Sulens ou me balader au-dessus de la Chavonne, après les Picard. Les deux sont facilement accessibles avec des enfants.

 

Le site à voir absolument lors d’un séjour dans les Aravis ?

Les Confins à La Clusaz, pour la beauté de son panorama sur la chaine des Aravis.

 

Un restaurant coup de cœur ?

Pour une soirée gastronomique avec un bon rapport qualité-prix : Les Confins des Sens au Grand-Bornand.

 

Votre plat savoyard préféré ?

Le Berthoud servi à La Ferme, un restaurant traditionnel à La Clusaz avec une super ambiance, où vont beaucoup de locaux : c’est un gage de qualité !

 

Pendant votre séjour, n’oubliez pas d’aller dénicher quelques merveilles à la boutique Myne…

 

La boutique Myne accueille également les créations de Sandra, qui fabrique des accessoires pour enfants sur le thème des contes.

Boutique Myne et Le Loup sort du bois : 114 Route de l’Aiguille, 74230 Manigod

Site internet : www.myne.fr. Suivez également l’actualité de Myne sur Facebook et Instagram

Photos : merci à www.vanessa-andrieux.com et www.julienmiscischia.fr

 

Share this

Écrit par... celine

celine

Hello, I'm Celine and I work in marketing as well as being a contributor to the Lovovo Blog. I grew up here in the Aravis and I just love life here. There are not many places as beautiful as our region!

Vous aimerez aussi

S’initier au ski près d’Annecy et à La Giettaz Chausser des skis pour la première fois n’est pas toujours chose facile. Pourtant vos efforts seront récompensés par des sensations unique de glisse d...
Offres de ski de printemps Faites l’expérience de la montagne au printemps, avec des journées plus longues et ensoleillées sur les pistes ! Terminez la saison de ski en en beaut...
Cet été, restez au frais au bord de la piscine With spring just around the corner it is time to start thinking about your summer holiday, and nothing says summer holiday like a villa with a pool.